Accueil
Fonctionnement
APCO
SECO
Partenaires
BudgetAnnuel
Inspections
Donnees
Maintien
Services
Ecoute
PAMT
Show
CSMO
Bottin
Plainte
Consultation
Heures
Prix
HoraireFetes
JoursFeries
Enregistrement
Cotisations
Salaires
Conges
Vacances
TempsTravail
Congediement
ConditionsSalaires
Commission
ConditionsCommission
Location
Telechargements
Contact

Jours fériés, chômés et payés

Comité paritaire des Coiffeurs de l'Outaouais

Pour le bien-être des coiffeurs depuis 1934!

Afin d'offrir des chances égales à tous de bénéficier de journée de congé, les journées suivantes sont des journées chômées, fériées et payées.  Les salons sont fermés pendant ces journées.

Lundi le 17 avril 2017

Samedi le 24 juin 2017

Samedi le 1er juillet 2017

Lundi le 4 septembre 2017

Lundi le 25 décembre 2017

Mardi le 26 décembre 2017

Lundi le 1er janvier 2018

Mardi le 2 janvier 2018

  

Les jours suivants sont fériés, chômés et payés selon le décret sur les coiffeurs de l’Outaouais (Article 3.01) : le 1er janvier, le 2 janvier, le lundi de Pâques, le 1er juillet ou, si cette date tombe un dimanche, le 2 juillet, le 1er lundi de septembre (Fête du travail), le 25 décembre et le 26 décembre.


Note : Le 24 juin, jour de la fête nationale, est aussi un jour férié, chômé et payé. Cependant, en vertu de la Loi sur la fête nationale, les conditions pour bénéficier de l'indemnité ou du congé compensatoire sont différentes des conditions requises pour avoir droit aux congés ci-dessus. Lorsque le 24 juin est un dimanche, le congé est reporté au lundi 25 juin. Tous les salariés à l'emploi ont droit à l'indemnité ou au congé compensatoire relatif à la fête nationale. Il en est de même pour le 1er juillet.


Quels sont les choix de l’employeur ?

L’employeur peut verser une indemnité ou offrir une journée de congé payée en guise de compensation. Ce congé doit être pris dans les 3 semaines qui précèdent ou qui suivent ce jour férié. (DCT 3.01)

  

Comment se calcule l’indemnité ?

L’employeur verse au salarié rémunéré au temps ou au rendement ou sur une autre base, une indemnité égale à la moyenne du salaire journalier des 2 semaines précédant un jour férié. (DCT 3.06) Bref, le calcul est fort simple ! On fait le total du salaire qu’a gagné le salarié lors des deux semaines qui précèdent le jour férié. On divise ensuite par le nombre de jour travaillé par le salarié lors de ces deux semaines. Par exemple, un salarié qui aurait obtenu 900 $ comme salaire net lors des deux semaines qui précèdent un jour férié et qui aurait travaillé pendant 10 jours pour réaliser ce montant de 900 $ obtiendrait une indemnité égale à 90 $ (900 $ / 10 jours).


Y a-t-il un cas ou le salarié ne bénéficie pas de cette indemnité ?

Le salarié ne peut bénéficier de son jour férié s’il s’est absenté du travail sans l’autorisation de l’employeur ou sans une raison valable le jour ouvrable qui précède ou suit le jour férié. (DCT 3.01)


Le salarié est en vacances annuelles (4 %) lors d’un jour férié. Qu’advient-il de son indemnité ?

Si le jour férié tombe durant la période de congé annuel d’un salarié, ce dernier aura droit à une journée additionnelle à la fin de ce congé annuel. (DCT 3.03)